la Boule de fort, classée comme jeu traditionnel des Pays-de-la-Loire dans l’inventaire du patrimoine culturel immatériel français par le ministère de la Culture, est un jeu qui se pratique avec des boules pas tout à fait rondes et une piste pas tout à fait plate. Le cercle Bel-Air de Vezins peut s’enorgueillir de posséder un beau jeu de boule de fort.

 

Le jeu de boule de fort se pratique depuis le début du XVIIIe siècle. L’origine de ce jeu reste obscure, l’hypothèse la plus répandue étant que ce serait les mariniers qui auraient inventé le jeu en jouant à la boule dans les gabares, des bateaux de transport qui naviguaient sur la Loire et dont le fond n’était pas plat. D’où la forme incurvée du jeu de boule de fort, qui mesure 26 mètres de long sur 6 mètres de large ».

 

La boule d’un diamètre de 12,6 cm pour une épaisseur de 10 cm a été cerclée de fer au début du XIXe siècle. Son poids peut varier de 1,2 à 1,5 kg, elle peut être en bois ou en plastique. Sa forme particulière a pour nom méplate, c’est-à-dire qu’elle possède un côté faible, légèrement évide, et un côté fort, d’où son nom, chargé d’une petite masse de plomb, ce qui désaxe la ligne de roulage, obligeant la boule à revenir côté fort.

 

Contrairement à la pétanque, le lancer de la boule de fort se fait la paume vers l’avant. Les meilleurs joueurs se servent de trajectoires courbes, avec plusieurs changements de direction pour éviter les boules déjà présentes sur le jeu. Le but étant de s’approcher au plus près du cochonnet, appelé ici « maître », d’un diamètre de 9 cm.

 

Le règlement du jeu est strict : pour préserver la piste en résine (le sol était jadis en terre battue), les joueurs n’accèdent à celle-ci qu’en chaussons.

 

 

L’histoire du cercle Bel-Air : 

André Augé : « Les premiers jalons du cercle Bel Air ont été posés en 1881. Il est devenu opérationnel le 22 mai 1882 exactement. Il a fonctionné de manière amicale jusqu’au 30 mars 1904, date à laquelle il a été officialisé à la suite de la loi de 1901 sur les associations. Auguste Bertin en a été le premier président. Le but du cercle était de procurer détente, loisirs avec jeux de cartes, pétanque, boule de fort, palets, etc. »

 

À quand remonte la création du jeu de boule de fort ?

« À partir de 1904, le président a été élu tous les trois ans, alors qu’auparavant c’était tous les ans. Lors de cette élection de 1904, la majorité des sociétaires a demandé la création d’un jeu de boule de fort à ciel ouvert. Ce jeu est devenu opérationnel en 1909. Une couverture et des ouvertures ont été posées en 1926. Pendant la guerre 1939-1945, les Allemands en ont fait un dépôt. Le jeu de boules de fort a été rénové en 2014. Pour l’anecdote, la vente de boissons est interdite pendant les offices religieux, mais toléré pendant les vêpres, sauf les jours de grandes fêtes. »

 

Quid de l’actuelle salle ?

« En 2000, Yves Gernigon est devenu président avec un bureau rajeuni. La création d’une nouvelle salle de convivialité attenante au jeu de boules de fort a alors été envisagée. Le projet a fait son chemin et en juin 2003, la salle actuelle a été inaugurée, avec un équipement moderne et un accès direct par un sas où les joueurs ont leurs pantoufles et l’appareil pour lustrer les boules. Je tiens à préciser que le jeu de boule de fort le plus proche de Cholet est bien celui de Vezins. Il se trouve dans le canton de Cholet et se situe à 15 km de Cholet, en direction de Saumur, tandis que celui de Valanjou, entre Chemillé et Thouarcé, en est à 35 km. »

 

Sources : Dominique Guibert, pour le Courrier de l’Ouest 

 

www.ouest-france.fr

www.ouest-france.fr